Les rêves sont d’or

Le jour et la nuit
Se suivent et s’adorent
Sans jamais se toucher,
Sauf un peu à l’aurore.

La vie et la mort
Guettent les petites fourmis
À la recherche du trésor
Profondément enfoui.

Et s’entremêlent les espoirs
Dans cette chaîne infinie
De jours et de nuits
Où tu rêves sans éclore.

Mais les rêves sont d’or.


Pssst… si vous voulez me suivre, je suis sur FacebookTwitter et Instagram
 !

31 commentaires sur “Les rêves sont d’or

  1. Nous avons un point commun, moi-même j’adore rêvasser, mais partout, tout le temps, autant que je peux en tout cas…

    Je vous transmets ce conseil de Chef Natif Smohalla de la Nation Sokulls : Mes jeunes gens ne travailleront jamais. Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver. Et la sagesse nous vient des rêves… »

    Et pour tutoyer les étoiles, cette introduction à la philosophie et la pensée amérindienne, à partir du livre testament de l’immense Russell Means « Si vous avez oublié le nom des nuages, alors vous avez perdu votre chemin », en version PDF ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/01/pdfrussellmeans012017.pdf

    Aimé par 2 personnes

    1. Mais de rien Mam’zelle colibri !
      C’est avec plaiz…..
      Nous avons une autre passion commune = Les chats !
      Mais depuis quelques-années, impossible d’en avoir là où nous résidons, et cela me manque terriblement !
      Je compense, quand je le peux, en illustrant certains de mes billets avec des photos de greffiers de toutes les couleurs !
      Jo

      Aimé par 1 personne

  2. Tout d’ abord, magnifique poésie ! Je vais bientôt créer un site pour les poètes amateurs ou pro.J’ aimerais que tu fasses partie de ce cercle .Tu as beaucoup de talents jeanne …A bientôt,gros bisous… Joshadel

    Aimé par 3 personnes

    1. bonjour joshadel, j’ai une amie pseudopoëte, dès que tu aura créé ton site poura tu nous communiquer ici par exemple le lien? comme ça si ça l’intéresse elle poura communiquer directement avec toi… au revoir
      meü

      Aimé par 3 personnes

  3. Bonjour. J’aime votre poésie; c’est très belle. Excusez-moi; je suis indienne et ma compréhension de la langue française n’est pas très bonne, mais j’ai suivi votre site pour améliorer dans cette langue. Merci pour votre matière excellente et continuez avec votre posts de blog!

    Aimé par 1 personne

  4. Très joli poème, vous êtes douée pour évoquer en quelques rimes des images puissantes.

    Au passage, merci pour votre « j’aime » sur ma dernière illustration, j’ai cru comprendre que vous dessiniez et j’espère que vous vous y remettrez un jour, que j’aie le plaisir de découvrir votre poésie en images.

    Bon après-midi.

    Aimé par 1 personne

  5. Très beau texte, que le jour et la nuit s’aiment et ne puissent que s’effleurer leur donne un statut d’amants superbes et tragiques … j’adore ça

    Aimé par 2 personnes

  6. J’oublie parfois que la vie et la mort ne font qu’une. Elles sont l’une et l’autre imbriquée et ne peuvent exister sans la présence de l’autre.
    Il y aurait cependant un état intermédiaire que j’appellerais « une petite mort » qui se manifesterait en fin de vie. L’exemple d’une mémoire abimée, voire effacée chez un être aimé et qui engendre pour les proches le deuil. Pourtant la vie me pousse à regarder mon père en face, dans l’axe de son regard et de provoquer le pétillement dans ses yeux. Lorsque j’y arrive j’ai gagné. Gagné une part de vie sur la mort. Je suis dans ce cas précis :  » A la recherche du trésor profondément enfoui ».
    Merci pour votre poème.

    Aimé par 2 personnes

  7. Je ne peux m’empêcher d’être influencé par la deuxième strophe. D’ailleurs je ne vois qu’elle. Ainsi je lis la première baigné par cette influence :

    Ils se suivent et s’adorent mais personne ne doit savoir que la nuit et le jour sont des éternels amants. Amour proscrit qui pourrait défigurer l’apparence de la vie. Faire perdre aux mortels la confiance qu’ils ont en elle. Et rendre méfiantes, vis-à-vis de la mort, les âmes sombres amateures de messes noires.

    A la naissance, c’est-à-dire à l’aurore d’une vie, les deux amants n’ont que cet instant pour se regarder droit les yeux. Car lors d’un accouchement il est impossible de savoir, de la vie ou de la mort, laquelle des deux l’emportera.

    Au crépuscule d’une vie, là encore les deux amants ne peuvent vivre ensemble et n’ont qu’un bref instant pour se dévorer du regard. Personne ne peut ou ne veut prédire si c’est la mort ou la vie qui s’emparera de l’âme en transit.

    Je sens que « Les rêves sont d’or » continueront encore un temps à s’imprégner de mes pensées sur la vie et la mort. J’espère n’importuner personne avec mes états d’âmes. Mais j’avais très envie de les exprimer.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s