Je n’irai point à l’abattoir

Un extraterrestre mangeait un épi
En fixant avidement le ciel étoilé,
À la recherche d’une nouvelle galaxie
Plus intéressante que la Voie lactée.

Un univers pur et jamais exploré
Où il pourrait voyager sans craintes,
Car la race humaine est bornée
À tout détruire sans se restreindre.

Hélas ! après avoir tué la Terre,
Les hommes envahiront Mars.
Puis, oups… ce sera Jupiter
Qui flanchera sous leurs traces.

Non, murmura l’extraterrestre,
Je n’irai point à l’abattoir.
Puis, levant son bras senestre,
Il jeta son épi rongé dans le noir.


*Ce poème est une participation au défi [Poésie de l’aléatoire] de Larmes de soleil. Vous trouverez les détails du défi juste ici : https://larmesdesoleil.wordpress.com/2018/04/02/poesie-de-laleatoire-n1-une-histoire-de-galaxie-et-depi/

Pssst… si vous voulez me suivre, je suis sur FacebookTwitter et Instagram !

16 commentaires sur “Je n’irai point à l’abattoir

  1. Une très belle histoire! Je le comprends très bien cet extraterrestre… sommes nous la seule espèce à être déçue ou critique envers elle même? Parfois j’ai l’impression que l’on est à l’origine de toutes les catastrophes… Pourtant quand on regarde certaines plantes parasites comme le lierre, ou les virus, les bactéries, on ce dit que finalement c’est peut être comme ça partout dans la nature… Cela justifie-t-il notre comportement? A voire…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂 En effet, c’est une question d’équilibre. Dès qu’une espèce se retrouve sans ennemi naturel, elle se multiplie à l’infini jusqu’à devenir nocive pour son environnement. Nous avons des cerveaux assez développés pour nous rendre compte que nous avançons vers notre propre perte, mais saurons nous agir à temps ?

      Aussi, il faudrait mettre fin au système capitaliste basé sur la consommation excessive de biens et revenir sur des bases plus simples. J’ai du mal à imaginer qu’on puisse tous « régresser » volontairement vers un mode de vie plus ancien. Peut-être que je suis un peu folle, mais j’ai toujours espoir qu’on arrive à renverser la tendance, en commençant chez soi…

      Aimé par 2 personnes

    2. exactement une question d’équilibre… Malheureusement j’ai bien peur que ce soit déjà trop tard pour tout réparer, mais on peut peut être encore s’empêcher d’empirer les choses… peut être que c’est une bonne solution… mais après, dans un mode de vie plus ancien, on aurait peut être d’autres problèmes: au moyen age aussi il y avait plein d’inégalités, des maladies … sauf qu’au lieux que les différences soient entre les pays, elles étaient entre les paysans et les nobles… cela dit les alternatives de commerces locaux, mode de vie « green » ect. offrent bien des possibilités 🙂

      Aimé par 1 personne

    3. C’est vrai qu’il existe plusieurs alternatives, et il nous revient de faire des choix conscients au quotidien : recycler le plus possible, encourager les petites entreprises etc. Aussi, je trouve le mouvement minimaliste très intéressant et libérateur !

      Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ce poème ça reflète bien l’état actuel de notre planète, au lieu de penser à réparer et à limiter notre empreinte, on cherche des solutions pour aller dans l’espace … Ne pas assumer les conséquences de nos actes, de nos présence !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s